Sélectionner une page

La solitude est un concept plus philosophique que psychanalytique. Et pourtant son importance tant théorique que concrète dans la cure thérapeutique, est évidente lorsque l’on pense à l’évolution de la psychanalyse au cours du XXème siècle. Certainement, la solitude et plus précisément le « sentiment de solitude » accompagnent une dimension première de l’altérité : la capacité à intégrer l’autre malgré son absence.

Aujourd’hui les populations urbanisées désignent la solitude et l’isolement comme leur plus grande souffrance psychique, à l’heure où internet relie toute personne sur terre à la vitesse de quelques millisecondes.

Brigitte Dollé-Monglond propose une approche originale et très utile, pour présenter la solitude tant dans un aspect « purement psychanalytique » et historique, que dans une démarche plus littéraire et phénoménologique. Le livre propose la réflexion de neuf auteurs pour neuf chapitres, une première partie présente une recherche historique complète et théorique, pour secondairement donner une dimension plus ontologique à la solitude, comme l’articulation entre philosophie et psychanalyse.

La suite de l’œuvre proposera des cas concrets, cliniques ou littéraires, créatifs et inspirés pour donner une cohérence à cette réflexion collective. Certainement nous serons à la fois conquis et déboussolés par ce type d’ouvrage à dix-huit mains, mais nous saluerons la performance, pour un sujet si personnel et universel.